Penan

Victoire d'une tribu de Bornéo contre un géant des palmiers à huile

( Source: Survival, 14 juillet 2011 )

Un petit groupe de chasseurs-cueilleurs de Bornéo a remporté une victoire majeure contre une compagnie géante de palmiers à huile qui convoitait leur forêt.

Survival avait révélé le mois dernier que la compagnie malaisienne Shin Yang abattait la forêt et plantait des palmiers à huile dans une région où une communauté de Penan devait être réinstallée, la construction d’un barrage – Murum – étant prévue sur leur terre ancestrale.

La compagnie a finalement annoncé qu’elle suspendait ses activités ‘en attendant d’obtenir des autorités la confirmation’ que ce territoire a bien été octroyé aux Penan.

Les Penan se sont fermement opposés à leur expulsion pour faire place au barrage, mais ils estiment qu’ils n’auront pas d’autre choix. La région qu’ils ont choisie pour se réinstaller est une partie de leur terre ancestrale, mais ni le gouvernement ni la compagnie Shin Yang ne les ont consultés avant d’abattre leur forêt.

Plantation de palmiers à huile dans une zone récemment déboisée, Sarawak.
Plantation de palmiers à huile dans une zone récemment déboisée, Sarawak.
© M Ross/ Survival

Les Penan ne pourraient survivre sans leur forêt. Ils y chassent le cochon sauvage et le singe et ils y collectent du sagou, des fruits sauvages et du rotin avec lequel ils fabriquent leur artisanat.

‘Nous ne sommes pas comme les gens qui ne dépendent que de l’argent. Nous ne pouvons vivre que si notre terre est intacte. Sans notre forêt nous ne pourrons survivre’ a confié un Penan à un représentant de Survival.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Il s’agit d’une grande victoire pour les Penan. Planter des palmiers à huile dans cette région aurait été catastrophique pour cette tribu qui aurait été réduite à un état de pauvreté extrême et certainement détruite en tant que peuple. Le gouvernement malaisien doit continuer à respecter les droits territoriaux des Penan pour empêcher tout projet futur de déforestation sans leur consentement libre et éclairé’.

Lire aussi: 

Malaysia's Indigenous Penan Threatened By Energy Development

Malaysian Oil Palm Giant Halts Work On Penan Ancestral Land

Si vous souhaitez une traduction des deux articles ci-dessus, n'hésitez pas à me contacter. >>

---> SOUTENIR SURVIVAL INTERNATIONAL <--

Les chasseurs-cueilleurs penan relégués dans des plantations de palmiers à huile

'Source: Survival France, le 15 juin 2011)

Plus d’un millier de chasseurs-cueilleurs penan vont être expulsés de leur forêt et réinstallés dans une vaste plantation de palmiers à huile pour faire place au barrage controversé de Murum.

Les Penan qui s’opposent fermement à cette décision n’ont pas eu d’autre choix. Ils ont cependant manifesté leur volonté d’être réinstallés dans une autre partie de leur territoire ancestral.

Les bulldozers ont déjà commencé à raser la zone dans laquelle les Penan ont demandé à être réinstallés.
Les bulldozers ont déjà commencé à raser la zone dans laquelle les Penan ont demandé à être réinstallés.
© SCANE/ Survival

Le gouvernement a accepté leur requête tout en vendant la parcelle en question à la compagnie malaisienne Shin Yang qui abat les forêts du Sarawak (partie malaisienne de Bornéo) pour y planter des milliers de palmiers à huile.

Les Penan dépendent étroitement de leur forêt, c’est là qu’ils chassent et qu’ils collectent des fruits et des plantes sauvages nécessaires à leur alimentation et à leur survie.

Les Penan ont lancé un appel émouvant dans lequel ils déplorent que Shin Yang soit entrée dans leur territoire illégalement et sans leur consentement : ‘Si on autorise cette compagnie à exploiter notre territoire, il ne restera plus de forêt pour que notre communauté puisse subvenir à ses besoins’.

Le barrage de Murum est en cours de construction.
Le barrage de Murum est en cours de construction.
© Survival International

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Le cynisme édifiant avec lequel le gouvernement traite les Penan surpasse le mépris absolu qu’il manifeste à leur égard depuis des décennies. Non content d’avoir expulsé plus d’un millier de Penan des forêts où ils vivent depuis des générations, il vend le territoire qu’il leur avait promis en compensation et autorise sa déforestation pour y planter des palmiers à huile. On dirait que le gouvernement ne sera satisfait que lorsque les Penan seront réduits à la misère complète et à l’exclusion’.

Notes aux rédactions :

Le barrage de Murum, censé entrer en service l’année prochaine, est le premier d’une série de douze ouvrages hydroélectriques qui inonderont plusieurs villages indigènes dont ceux des Penan.

Les douze nouveaux barrages faciliteront le développement du ‘corridor d’énergie renouvelable du Sarawak’ (SCORE), qui implique l’exploitation pétrolière, minière et forestière, la production d’aluminium et d’huile de palme et menace, à terme, les territoires des peuples indigènes du Sarawak.

La Suisse va enquêter sur les finances du Premier ministre du Sarawak

Taib Mahmud a été confronté à des manifestants lorsqu'il s'est rendu en Grande-Bretagne l'année dernière.
Taib Mahmud a été confronté à des manifestants lorsqu'il s'est rendu en Grande-Bretagne l'année dernière.
© Survival

(Article Survival France, 27 mai 2011)

La Présidente de la Confédération suisse a ordonné une enquête sur les actifs détenus dans les banques suisses par le tristement célèbre Premier ministre du Sarawak, Taib Mahmud.

Les 30 années de régime de Taib Mahmud au Sarawak, partie malaisienne de l’île de Bornéo, ont été rongées par des allégations de corruption persistantes et généralisées, dont la plupart ont été révélées sur le site internet ‘Sarawak Report’. C’est sous le mandat de Taib Mahmud que la majorité des forêts du Sarawak ont été anéanties.

Dans une lettre adressée à l’ONG suisse Bruno Manser Fonds, qui a alerté les autorités sur cette affaire, la présidente Micheline Calmy-Rey a insisté sur l’engagement du gouvernement suisse à lutter contre la corruption et à restituer des fonds détournés aux pays respectifs.

Elle a évoqué la possibilité de geler les actifs de Taib Mahmud et a confirmé que le problème avait été transféré à l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) qui enquête sur le blanchiment d’argent en Suisse.

La tribu penan a vu ses forêts dévastées par les compagnies d’exploitation forestière, avec l’aval du gouvernement de Taib Mahmud. De nombreuses compagnies entretiennent des relations privilégiées avec le Premier ministre, sa famille et ses alliés. Les chasseurs-cueilleurs penan dépendent entièrement de la forêt pour leur survie. Tandis que leurs forêts sont exploitées, le gibier est effrayé et fuit, les rivières s’envasent, le sagou et les fruits de la forêt sont détruits. Alors, les Penan ne peuvent plus nourrir leurs familles.

Taib Mahmud a dit un jour que les Penan se comportaient ‘comme des animaux dans la jungle’ et a déclaré qu’ils devraient être intégrés dans la société dominante. L’histoire a montré qu’expulser les peuples indigènes de leur terre et leur imposer le ‘développement’ avait des conséquences dévastatrices.

Situation des Penan dénoncée par un rapport américain.

(Source SurvivalFrance.org, le 19 avril 2011)

Les forêts penan ont été anéanties sous le régime de Taib Mahmud.
Les forêts penan ont été anéanties sous le régime de Taib Mahmud.
© Survival International

Le récent rapport des Etats-Unis sur les droits de l’homme met en lumière la lutte des Penan du Sarawak (partie malaisienne de l’île de Bornéo) pour protéger leurs forêts contre l’exploitation forestière.

Ce rapport, qui émane du département d’Etat américain, fait état des plaintes émises par les organisations indigènes de droits de l’homme concernant l’octroi, par le gouvernement du Premier ministre du Sarawak Taib Mahmud, des terres penan aux ‘compagnies d’exploitation forestière et aux projets de développement en échange de faveurs politiques et financières’.

Au pouvoir depuis 30 ans, Taib Mahmud a remporté les élections la semaine dernière. Des milliers de Penan ne possédant pas de carte d’identité n’ont pas pu voter.

Le rapport indique que ‘les compagnies d’exploitation forestière ont harcelé et même menacé les leaders penan’ et que ‘les employés de deux d’entre elles…ont régulièrement abusé sexuellement de femmes et jeunes filles penan’. Un ministre du gouvernement a confirmé les faits, mais aucune poursuite n’a été engagée contre leurs auteurs.

Les chasseurs-cueilleurs penan luttent contre les compagnies d’exploitation forestière pour protéger leurs dernières forêts. Une femme penan a confié à Survival : ‘Notre terre et notre rivière ont été détruites par les compagnies d’exploitation forestière, par les plantations de palmiers à huile. Elles ne nous ont apporté que détresse et souffrance’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Le rapport du département d’Etat apporte un poids supplémentaire à la condamnation internationale grandissante de l’attitude du gouvernement du Sarawak vis-à-vis des Penan dont les droits sont continuellement bafoués, les forêts détruites et la survie menacée’.

Gordon Brown condamne la ‘destruction scandaleuse’ des forêts du Sarawak

(Source: Survival, 5 avril 2011)

L’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown a lancé un appel urgent à faire cesser la ‘destruction scandaleuse’ des forêts tropicales du Sarawak avant qu’il ne soit trop tard. Dans le quotidien britannique The Independent du mois dernier, il décrit la déforestation au Sarawak (partie malaisienne de l’île de Bornéo) comme ‘probablement le plus grand crime environnemental de notre temps’.

Blocage d'une route par les Penan
Blocage d'une route par les Penan
© Andy Rain/Nick Rain/Survival

Le Premier ministre du Sarawak, Taib Mahmud, se prépare à des élections très controversées qui auront lieu le 16 avril. Au pouvoir depuis plus de 30 ans, il a activement promu la déforestation massive des territoires indigènes.

Les forêts du Sarawak abritent de nombreux peuples indigènes, dont les chasseurs-cueilleurs penan, qui dépendent de la forêt pour leur survie. Les Penan tentent de résister à la déforestation en érigeant des barrages routiers. La plupart de leurs forêts ayant déjà disparu, il leur devient difficile de trouver leur nourriture.

Dans des zones où tout le bois commercialisable a déjà été coupé, les compagnies défrichent les parcelles restantes pour faire place aux plantations, notamment de palmiers à huile, ce que Gordon Brown qualifie de ‘cauchemar environnemental qui ne montre aucun signe de répit’.

Un Penan, dont la forêt a totalement disparu, a confié à Survival : ‘La vie est très difficile pour nous maintenant. Les gens de notre village sont affamés car ils ne peuvent plus compter sur la forêt pour se nourrir. Ce sera encore pire lorsque tous nos territoires seront convertis en plantations de palmiers à huile’.

Gordon Brown conclut en lançant un appel à une action concertée de la communauté internationale : ‘Le courage qui anime les peuples indigènes du Sarawak nous donne une chance d’arrêter la déforestation. Si nous échouons maintenant, nous ne serons pas seulement coupables de péché ou d’omission, mais nous serons complices de la destruction de l’avenir d’un peuple par des gens bien trop avides pour ne voir dans les arbres que le profit qu’ils peuvent en tirer.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Gordon Brown a raison, le monde ne doit pas rester silencieux et permettre la destruction de la forêt des Penan au nom du profit et de l’avidité. Sans leurs forêts, les Penan n’ont aucun avenir’.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site