wwf

Le boycott pur et simple [...] est une réponse trop simpliste

( Source: tracesdupanda.wwf.fr, juillet 2011 )

Mettons un point final à la conversion de forêts naturelles en plantation

Mettons un point final à la conversion de forêts naturelles en plantation

Les plantations de palmiers à huile couvrent déjà 13 millions d’hectares sur la planète, en grande partie sur l’île de Sumatra, en Indonésie. Or, l’expansion de ces plantations est la principale cause de déforestation dans l’archipel. Les si précieuses forêts tropicales de Sumatra abritent pourtant d’innombrables espèces dont la rafflésie, la plus grande fleur connue, mais aussi quelques 400 tigres, de rares rhinocéros, des éléphants et environ 6 000 orangs-outans. Ces populations sont aujourd’hui toutes fragilisées par la disparition de leur habitat. La destruction des forêts est également à l’origine de 70 % des gaz à effet de serre produits par l’Indonésie, 3ème pays émetteur au monde, et entraîne des déplacements de populations, facteurs de troubles sociaux.

Toutefois, le boycott pur et simple de l’huile de palme, qui entre dans la composition de tant de produits alimentaires, énergétiques ou cosmétiques, est une réponse trop simpliste. Il convient plutôt d’imposer des pratiques responsables aux opérateurs de la filière afin de protéger les forêts à haute valeur environnementale. Ainsi des millions d’hectares de terres dégradées sont disponibles et se prêteraient parfaitement à l’exploitation du palmier à huile. Et le développement économique de l’archipel indonésien ne serait en rien contrarié.

Le WWF a donc rejoint la « table ronde pour une huile de palme durable » (RSPO), une initiative réunissant producteurs, utilisateurs et représentants de la société civile, soucieux de mettre en place une filière respectueuse de l’environnement. Le label RSPO garantit notamment que l’huile de palme n’est pas issue de nouvelles zones déboisées. Toutefois, le WWF exerce une grande vigilance quant au respect des critères de certification et poursuit son action pour obtenir l’interdiction de la conversion des tourbières, ces sols acides qui, drainés et asséchés, émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre.

Financeurs, producteurs, transformateurs, consommateurs, tous concernés !

Le WWF s’emploie aussi à promouvoir l’huile de palme certifiée RSPO qui représente déjà un pourcentage significatif des ventes mondiales. Le WWF analyse ainsi les politiques environnementales des importateurs-transformateurs européens, lesquels ont le pouvoir économique de faire évoluer les pratiques, l’Europe étant le troisième acheteur d’huile de palme, derrière la Chine et l’Inde. Il est d’ailleurs crucial que ces grands marchés adoptent à leur tour des normes durables. Le WWF étudie également les garanties environnementales que devraient exiger les investisseurs étrangers dont le rôle est loin d’être négligeable puisqu’ils financent environ un quart des projets de plantations.

Sur le terrain, le WWF-Indonésie lutte contre la déforestation illégale aux abords des Parcs Nationaux, promeut auprès des populations locales des activités alternatives à l’exploitation des ressources de la forêt, comme l’apiculture ou le tourisme durable, et développe des stratégies efficaces pour limiter les conflits hommes/éléphants.

Ainsi, en Malaisie comme à Sumatra, la dégradation des écosystèmes forestiers ralentit. Toutefois de nouveaux projets menacent déjà des massifs préservés à Bornéo et en Papouasie, en Indonésie, mais aussi en Afrique et en Amérique du Sud. Dès lors, chacun d’entre-nous doit agir pour la sauvegarde des forêts tropicales. D’abord en privilégiant une alimentation non transformée, biologique, locale et de saison. Ensuite en exigeant que l’huile de palme contenue dans les produits comme la margarine, le savon, le rouge à lèvres… provienne d’une filière durable et certifiée. Enfin, en soutenant le WWF. Vos dons nous sont essentiels pour mener nos combats en faveur de la préservation des forêts et des espèces.

Donnez votre avis ! (Argumenté)

12 tigres filmés par une camera-piège dans une forêt menacée à Sumatra

En Indonésie, à Bukit Tigapuluh (au centre de Sumatra) 12 tigres ont été découverts et photographiés par les équipes du WWF sur une période de deux mois. Parmi ces tigres, deux mamans et leurs petits. Une caméra vidéo placée dans la même région a réussi à filmer, grâce à des capteurs infrarouges, trois jeunes tigres pendant qu’ils jouaient dans les feuillages.

« Notre équipe a été ravie de découvrir 47 images de tigre sur nos caméras. Nous avons pu identifier, sur ces images, 6 tigres différents. », se réjouit Karmila Parakkasi, responsable de l’équipe de recherche sur le tigre de Sumatra au WWF Indonésie. « Il s’agit du plus grand nombre de tigres et d’images de tigres jamais découverts, et ce, uniquement pour le premier mois de l’étude. Les résultats du deuxième mois sont encore plus impressionnants puisque nous avons découvert non pas une mais deux familles de tigres. Soit 6 tigres supplémentaires ! »

Une forêt menacée par l’industrie des pâtes et papiers

Cette famille de tigres est pourtant menacée par le déboisement de leur territoire par deux grandes compagnies papetières (Sinar Mas/APP et APRIL), et par les plantations de palmiers à huile.

« Les vidéos sont d’une importance énorme pour ces forêts. » explique Anwar Purwoto, directeur du programme forêts et espèces du WWF Indonésie. « Nous demandons aux concessions de la région de mettre leurs plans de côté et de protéger ces forêts à haute valeur de conservation. »

Seuls 400 tigres de Sumatra vivent encore à l’état sauvage

Trouver trois bébés tigre vivants est extrêmement rare, soulignent les experts en tigre du WWF. Classés en danger critique d’extinction, on estime qu’il ne reste plus que 400 tigres de Sumatra dans la nature.

Depuis mars, le WWF a intensifié ses efforts pour lutter contre la déforestation et étendre les zones boisées d’Indonésie. Aujourd’hui, seuls 3200 tigres vivent encore à l’état sauvage dans le monde. Le WWF travaille aujourd’hui à susciter les soutiens politiques, financiers et publics pour doubler le nombre de tigres sauvages d’ici 2022.

Suivez l’actualité du WWF France sur Twitter !

Le WWF mis en cause par un documentaire accablant

( Source: Bastamag.netle 30 juin 2011 )

Dans un reportage diffusé le 22 juin sur la télévision publique allemande (ARD), le réalisateur Wilfried Huismann enquête sur les pratiques et les dessous du WWF. Sur la trace des 500 millions d’euros de dons annuels versés à la plus grande organisation mondiale de protection de l’environnement, le journaliste d’investigation se rend à Bornéo, en Indonésie, où le WWF prétend défendre l’orang-outan, une espèce menacée. Sur place, l’équipe découvre une réserve de 80 hectares où vivent deux orangs-outans, au cœur de 14.000 hectares de plantations de palmiers à huile auxquels l’ONG a décerné le label « production durable » (lire notre article sur l’agriculture en Indonésie).

Le documentaire revient également sur « le projet Tigre » mené par le WWF depuis 1974, en partenariat avec le gouvernement indien, pour la préservation du tigre du Bengale. Pour répondre aux exigences du WWF qui demandait une augmentation de 8% des zones protégées, le gouvernement indien a procédé, dès 2002, à l’expulsion de 100.000 autochtones. Un nombre qui pourrait atteindre un million de personnes dans les prochaines années, dénonce le documentaire.

Wilfried Huismann s’attache aussi à comprendre la participation du WWF à des « tables rondes » avec des entreprises de génie génétique comme le géant Monsanto, et avec la multinationale Wilmar, et la caution « éthique » décernée par le WWF à ces entreprises en assurant qu’elles produisent du soja et de l’huile de palme « durables ». Disponible uniquement en allemand pour le moment, le documentaire a d’ores et déjà généré de nombreuses polémiques outre-Rhin. En France, l’ONG présidée par la navigatrice Isabelle Autissier connaît une crise interne sans précédent.                         

Sophie Chapelle

Voir le film Der Pakt mit dem Panda :
- Partie 1
- Partie 2

À lire également :
- L’écolabel de WWF : développement vraiment durable ou simple greenwashing ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×