Les Penan de Malaisie protestent contre un gazoduc, la déforestation et un barrage

( Source: survivalfrance.org, 25 mars 2013 )

Les Penan de Long Seridan manifestent contre la construction d'un gazoduc qui traverse leur territoire ancestral.
Les Penan de Long Seridan manifestent contre la construction d'un gazoduc qui traverse leur territoire ancestral. © Survival

Les Penan de la région de Long Seridan ont bloqué une route pour protester contre la construction d’un gazoduc qui traverse leur territoire ancestral et détruit leur source d’eau potable.

La construction du gazoduc de 500 km de long entreprise par la compagnie pétrolière malaisienne Petronas touche à sa fin. Il transportera du gaz naturel depuis l’Etat malaisien de Sabah jusqu’au sud de la côte du Sarawak.

La gazoduc traverse la forêt de plusieurs communautés penan. La pratique de la chasse et de la cueillette sera plus difficile pour la tribu qui est déjà confrontée à la déforestation massive de son territoire depuis des années.

La construction du gazoduc a affecté de nombreuses communautés. Un Penan déplore : ‘Construire ce gazoduc à travers notre territoire est une façon de nous tuer. Comment survivrons-nous avec ce gazoduc qui coupe notre territoire de part en part et qui nous empêchera de nous déplacer librement ?’

Le gazoduc de 500 km de long, construit par la compagnie pétrolière malaisienne Petronas, traverse de part en part la forêt des Penan.
Le gazoduc de 500 km de long, construit par la compagnie pétrolière malaisienne Petronas, traverse de part en part la forêt des Penan. © Survival

Les Penan de Long Seridan ont commencé le blocage de la route contre le gazoduc il y a trois semaines et ont promis de continuer jusqu’à ce que leurs revendications soient entendues.

Simultanément, à plus de 60 km de là, les Penan de Long Daloh protestent contre la déforestation de leur territoire et le projet du barrage de Baram qui menace d’inonder leurs habitations et la forêt dont ils dépendent pour leur survie.

Lorsqu’il sera opérationnel, le barrage de Baram déplacera environ 20 000 riverains indigènes. Les Penan ainsi que d’autres communautés voisines ont appelé à son annulation.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×