Projets d'investissement

( Source: Rapport du Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales, 2010 Le palmier à huile en Afrique. Passé, présent, futur. Ricardo Carrère, Collection WRM n°15, 2010 )

Angola
– Le Groupe Atlântica (Portugal), par l’intermédiaire de sa filiale AfriAgro, a obtenu 5 000 hectares
(avec la possibilité d’atteindre un total de 20 000 ha) pour la production de biodiesel.
– L’entreprise italienne ENI (en association avec la Petrobras du Brésil) a passé un accord avec le
gouvernement, suivant lequel ce dernier favorisera la plantation de palmiers à huile pour
approvisionner l’ENI en matière première pour la production de biodiesel.


Cameroun
– Le groupe français Bolloré est le principal acteur dans le secteur du palmier à huile du pays. Il
produit 80 % de l’huile de palme et possède près de 40 000 hectares de plantations par
l’intermédiaire de ses entreprises SOCAPALM, SAFACAM et Ferme Suisse. La société a aussi
des usines et elle s’est récemment déclarée intéressée à produire du biodiesel.

 

République du Congo
– La compagnie espagnole Aurantia a annoncé son intention d’investir dans des plantations de
palmier à huile pour fabriquer du biodiesel.
– La compagnie énergétique italienne ENI a obtenu 70 000 hectares pour planter des palmiers à
huile.
– La compagnie énergétique italienne Fri-El Green a signé un contrat pour la plantation de palmiers
à huile sur 40 000 hectares.
Congo, R. D.
– GAP (Groupe agro-pastoral), une entreprise qui appartient au Groupe Blattner (Belgique / USA), a
10 000 hectares de plantations.
– La compagnie canadienne TriNorth Capital a annoncé que sa filiale Feronia avait acheté à
Unilever l’entreprise Plantations et Huileries du Congo. Dans sa propriété de 100 000 hectares elle
prévoit de planter de palmier à huile près de 70 000 ha.
– ZTE Agribusiness Company Ltd, une société chinoise, a annoncé son intention de faire des
plantations de palmiers à huile sur un million d’hectares.
Côte d’Ivoire
– PALMCI, une compagnie qui appartient au groupe français SIFCA et aux entreprises de
Singapour Wilmar International et Olam International, a 35 000 hectares de plantations
industrielles.
– La compagnie belge SIPEF-CI a acheté 12 700 hectares de plantations industrielles.
– PALMAFRIQUE, propriété du holding financier Groupe L’Aiglon, a 7 500 hectares de
plantations.

 

Gabon
– L’ancienne entreprise étatique Agrogabon a été privatisée et elle est dirigée aujourd’hui par la
compagnie belge SIAT. Elle a 6 500 hectares de plantations.
– Olam International (Singapour) entend planter près de 140 000 hectares de palmiers à huile. Le
projet comporte aussi la plantation de 60 000 hectares additionnels par 3 000 entrepreneurs
locaux.


Gambie
– Pour le moment, seule Mercatalonia, une entreprise espagnole, a présenté au gouvernement un
projet de plantation de palmiers à huile, et on ne sait pas encore s’il sera mis en oeuvre.


Ghana
– La société belge SIAT est à présent le principal actionnaire de la Ghana Oil Palm Development
Co., privatisée en 1995.
– Unilever est le principal actionnaire d’Oil Palm Plantation Limited, un des principaux producteurs
d’huile de palme du pays.
– Wilmar International (Singapour) est devenue récemment propriétaire de la Benso Oil Palm
Plantation Limited.
– La société norvégienne Palm Ghana Limited (NORPALM) a acheté en 2000 les plantations de la
National Oil Palm Limited.


Liberia
– En 2009, la société malaise Sime Darby a signé un contrat pour la concession de 220 000 hectares
pendant 63 ans. Environ 180 000 hectares seront plantés de palmiers à huile.
– La compagnie britannique Equatorial Palm Oil a 169 000 hectares, dont près de 10 000 ont déjà
été plantés de palmiers à huile.
Le palmier à huile en Afrique : le passé, le présent et le futur
– La compagnie indonésienne Golden Agri-Veroleum est en train de compléter les négociations
avec le gouvernement pour établir 240 000 hectares de plantations de palmiers.


Madagascar
Suite à un scandale concernant un projet qui aurait comporté la concession de plus d’un million
d’hectares (dont 300 000 auraient été affectés à la plantation de palmiers à huile) à la compagnie sudcoréenne Daewoo, le projet semble avoir été abandonné. Cependant, deux autres projets sont prévus :
– L’entreprise énergétique des USA Sithe Global obtiendrait 60 000 hectares pour la production de
biodiesel à partir du palmier à huile.
– Cultures du Cap Est, une société financée par un groupe indien, obtiendrait 9 100 hectares pour la
plantation de palmiers à huile.


Nigeria
– La société belge SIAT, par le biais de sa filiale Presco, a près de 10 000 hectares de plantations, et
son objectif est d’approvisionner le marché intérieur de l’huile de palme.
– La compagnie italienne Fri-El Green Power a une concession de 11 300 hectares, et l’option de
l’élargir jusqu’à 100 000 hectares.


Ouganda
– Oil Palm Uganda Limited, qui appartient à la compagnie singapourienne Wilmar en société avec
BIDCO, a une concession de 10 000 hectares, mais le gouvernement est convenu de lui fournir
30 000 hectares supplémentaires sur le continent, dont 20 000 hectares pour la plantation-mère et
10 000 hectares pour des petits agriculteurs et des sous-traitants.
Sấo Tomé e Príncipe
– Par l’intermédiaire de sa filiale Agripalma, la compagnie Socfinco (Belgique/France), qui fait
partie du groupe français Bolloré, a une concession de 5 000 hectares pour planter des palmiers à
huile. Son objectif est de produire de l’huile de palme pour la transformer ensuite en biodiesel en
Belgique.

 

Sierra Leone
– La société britannique Sierra Leone Agriculture a une concession de 41 000 hectares, dont 30 000
seraient plantés de palmiers à huile.
– Le groupe portugais Quifel a passé des accords avec les communautés locales pour planter des
palmiers à huile, de la canne à sucre et du riz. Au total, 40 000 hectares seraient affectés à la
production d’agrocombustibles pour l’exportation.
– La compagnie britannique Gold Tree prévoit de traiter les fruits des palmiers à huile de ses
propres plantations et de celles des communautés locales pour fabriquer du biodiesel. Le projet
concernerait quelque 40 000 hectares.


Tanzanie
– La compagnie belge FELISA a un projet qui concerne 10 000 hectares de plantations, dont la
moitié lui appartiennent et dont le reste serait exploitè par les petits agriculteurs locaux.
– African Green Oil Limited a le projet de planter 20 000 hectares pour produire de l’huile de
palme.
– Tanzania Biodiesel Plant Ltd possède 16 000 hectares qu’elle plantera de palmiers à huile.
– La société malaise TM Plantations Ltd prévoit de faire des plantations à Kigoma.
– Sithe Global Power (USA) prévoit de faire des plantations sur 50 000 hectares et de produire de
l’huile dans le pays.
– InfEnergy (Royaume-Uni) a 10 000 hectares pour planter des palmiers à huile.
– Un groupe malais non identifié prévoit de faire une plantation de palmiers à huile de 40 000
hectares.

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site