Projets d'investissement

( Source: Rapport du Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales, 2010 Le palmier à huile en Afrique. Passé, présent, futur. Ricardo Carrère, Collection WRM n°15, 2010 )

Angola
– Le Groupe Atlântica (Portugal), par l’intermédiaire de sa filiale AfriAgro, a obtenu 5 000 hectares
(avec la possibilité d’atteindre un total de 20 000 ha) pour la production de biodiesel.
– L’entreprise italienne ENI (en association avec la Petrobras du Brésil) a passé un accord avec le
gouvernement, suivant lequel ce dernier favorisera la plantation de palmiers à huile pour
approvisionner l’ENI en matière première pour la production de biodiesel.


Cameroun
– Le groupe français Bolloré est le principal acteur dans le secteur du palmier à huile du pays. Il
produit 80 % de l’huile de palme et possède près de 40 000 hectares de plantations par
l’intermédiaire de ses entreprises SOCAPALM, SAFACAM et Ferme Suisse. La société a aussi
des usines et elle s’est récemment déclarée intéressée à produire du biodiesel.

 

République du Congo
– La compagnie espagnole Aurantia a annoncé son intention d’investir dans des plantations de
palmier à huile pour fabriquer du biodiesel.
– La compagnie énergétique italienne ENI a obtenu 70 000 hectares pour planter des palmiers à
huile.
– La compagnie énergétique italienne Fri-El Green a signé un contrat pour la plantation de palmiers
à huile sur 40 000 hectares.
Congo, R. D.
– GAP (Groupe agro-pastoral), une entreprise qui appartient au Groupe Blattner (Belgique / USA), a
10 000 hectares de plantations.
– La compagnie canadienne TriNorth Capital a annoncé que sa filiale Feronia avait acheté à
Unilever l’entreprise Plantations et Huileries du Congo. Dans sa propriété de 100 000 hectares elle
prévoit de planter de palmier à huile près de 70 000 ha.
– ZTE Agribusiness Company Ltd, une société chinoise, a annoncé son intention de faire des
plantations de palmiers à huile sur un million d’hectares.
Côte d’Ivoire
– PALMCI, une compagnie qui appartient au groupe français SIFCA et aux entreprises de
Singapour Wilmar International et Olam International, a 35 000 hectares de plantations
industrielles.
– La compagnie belge SIPEF-CI a acheté 12 700 hectares de plantations industrielles.
– PALMAFRIQUE, propriété du holding financier Groupe L’Aiglon, a 7 500 hectares de
plantations.

 

Gabon
– L’ancienne entreprise étatique Agrogabon a été privatisée et elle est dirigée aujourd’hui par la
compagnie belge SIAT. Elle a 6 500 hectares de plantations.
– Olam International (Singapour) entend planter près de 140 000 hectares de palmiers à huile. Le
projet comporte aussi la plantation de 60 000 hectares additionnels par 3 000 entrepreneurs
locaux.


Gambie
– Pour le moment, seule Mercatalonia, une entreprise espagnole, a présenté au gouvernement un
projet de plantation de palmiers à huile, et on ne sait pas encore s’il sera mis en oeuvre.


Ghana
– La société belge SIAT est à présent le principal actionnaire de la Ghana Oil Palm Development
Co., privatisée en 1995.
– Unilever est le principal actionnaire d’Oil Palm Plantation Limited, un des principaux producteurs
d’huile de palme du pays.
– Wilmar International (Singapour) est devenue récemment propriétaire de la Benso Oil Palm
Plantation Limited.
– La société norvégienne Palm Ghana Limited (NORPALM) a acheté en 2000 les plantations de la
National Oil Palm Limited.


Liberia
– En 2009, la société malaise Sime Darby a signé un contrat pour la concession de 220 000 hectares
pendant 63 ans. Environ 180 000 hectares seront plantés de palmiers à huile.
– La compagnie britannique Equatorial Palm Oil a 169 000 hectares, dont près de 10 000 ont déjà
été plantés de palmiers à huile.
Le palmier à huile en Afrique : le passé, le présent et le futur
– La compagnie indonésienne Golden Agri-Veroleum est en train de compléter les négociations
avec le gouvernement pour établir 240 000 hectares de plantations de palmiers.


Madagascar
Suite à un scandale concernant un projet qui aurait comporté la concession de plus d’un million
d’hectares (dont 300 000 auraient été affectés à la plantation de palmiers à huile) à la compagnie sudcoréenne Daewoo, le projet semble avoir été abandonné. Cependant, deux autres projets sont prévus :
– L’entreprise énergétique des USA Sithe Global obtiendrait 60 000 hectares pour la production de
biodiesel à partir du palmier à huile.
– Cultures du Cap Est, une société financée par un groupe indien, obtiendrait 9 100 hectares pour la
plantation de palmiers à huile.


Nigeria
– La société belge SIAT, par le biais de sa filiale Presco, a près de 10 000 hectares de plantations, et
son objectif est d’approvisionner le marché intérieur de l’huile de palme.
– La compagnie italienne Fri-El Green Power a une concession de 11 300 hectares, et l’option de
l’élargir jusqu’à 100 000 hectares.


Ouganda
– Oil Palm Uganda Limited, qui appartient à la compagnie singapourienne Wilmar en société avec
BIDCO, a une concession de 10 000 hectares, mais le gouvernement est convenu de lui fournir
30 000 hectares supplémentaires sur le continent, dont 20 000 hectares pour la plantation-mère et
10 000 hectares pour des petits agriculteurs et des sous-traitants.
Sấo Tomé e Príncipe
– Par l’intermédiaire de sa filiale Agripalma, la compagnie Socfinco (Belgique/France), qui fait
partie du groupe français Bolloré, a une concession de 5 000 hectares pour planter des palmiers à
huile. Son objectif est de produire de l’huile de palme pour la transformer ensuite en biodiesel en
Belgique.

 

Sierra Leone
– La société britannique Sierra Leone Agriculture a une concession de 41 000 hectares, dont 30 000
seraient plantés de palmiers à huile.
– Le groupe portugais Quifel a passé des accords avec les communautés locales pour planter des
palmiers à huile, de la canne à sucre et du riz. Au total, 40 000 hectares seraient affectés à la
production d’agrocombustibles pour l’exportation.
– La compagnie britannique Gold Tree prévoit de traiter les fruits des palmiers à huile de ses
propres plantations et de celles des communautés locales pour fabriquer du biodiesel. Le projet
concernerait quelque 40 000 hectares.


Tanzanie
– La compagnie belge FELISA a un projet qui concerne 10 000 hectares de plantations, dont la
moitié lui appartiennent et dont le reste serait exploitè par les petits agriculteurs locaux.
– African Green Oil Limited a le projet de planter 20 000 hectares pour produire de l’huile de
palme.
– Tanzania Biodiesel Plant Ltd possède 16 000 hectares qu’elle plantera de palmiers à huile.
– La société malaise TM Plantations Ltd prévoit de faire des plantations à Kigoma.
– Sithe Global Power (USA) prévoit de faire des plantations sur 50 000 hectares et de produire de
l’huile dans le pays.
– InfEnergy (Royaume-Uni) a 10 000 hectares pour planter des palmiers à huile.
– Un groupe malais non identifié prévoit de faire une plantation de palmiers à huile de 40 000
hectares.

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. AHOBO 23/10/2012

Je souhaites recevoir tous les élément entrant dans le coût de l'achat d'un hectar de terre agricole afin de cultiver du palmier à huile et aussi avoir les élement humain,matériels et autres qui entre dans la confection d'un hectare de palmier aussi le prix d'achts de ts ces elements.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×